Building Civil Society Capacity to Mitigate and Counter Disinformation

0. Présentation - Société civile

Écrit par Amy Studdart, conseillère principale pour la démocratie numérique à l’International Republican Institut

Les approches de la société civile pour lutter contre la désinformation englobent divers types de programmes, notamment de vérification des faits, de criminalistique et de recherche numériques, de défense des droits auprès des gouvernements et des plateformes, d’éducation numérique et médiatique, de mise en réseau et de création de coalitions, ainsi que de coopération internationale. À travers ces approches, la mise en œuvre par les organisations de la société civile (OSC) présente plusieurs avantages qui pourraient vraisemblablement augmenter l’efficacité des programmes. Les groupes civiques peuvent innover rapidement, ils sont plus étroitement liés aux citoyens touchés par la désinformation, mieux placés pour comprendre son impact immédiat, et capables d’établir la confiance avec les communautés locales - un facteur clé pour répondre à des désordres de l’information spécifiques - et plus susceptibles d’être perçus par toutes les parties comme relativement objectifs. Plus précisément, les associations civiques encouragent la coopération des citoyens appartenant à des groupes d’intérêt et d’identité distincts, tels que les femmes, les minorités ethniques et les personnes handicapées. Ainsi, parmi les principales parties prenantes, ces organisations et coalitions sont souvent les mieux placées pour identifier les campagnes de désinformation qui ciblent les groupes marginalisés ou qui exploitent les normes de genre ou les divisions sociales, et pour mobiliser une large opposition et des réponses à ces campagnes. Dans les pays et les régions du monde, les groupes civiques ont conçu et mis en œuvre les types de programmes de lutte contre la désinformation suivants :

Vérification des faits

Les initiatives de vérification des faits tentent d’identifier et de corriger les informations fausses ou trompeuses propagées soit par les élites politiques et économiques, soit par le biais d’interactions entre pairs sur les réseaux sociaux ou les applications de messagerie. Les groupes civiques sont particulièrement bien placés pour mettre en œuvre ces programmes pour deux raisons : premièrement, en agissant comme des sources relativement objectives et impartiales, les OSC peuvent être des sources de corrections, en particulier compte tenu de la nature hautement politisée des campagnes de désinformation. Deuxièmement, les OSC ont tendance à être moins contraintes, en particulier par rapport aux journalistes, à la fois dans les méthodes et les solutions.

Identification des récits de désinformation, des ressources et des comportements inauthentiques coordonnés 

Les OSC, souvent en collaboration avec des universitaires ou des organismes de recherche, ont joué un rôle de premier plan dans la découverte des opérations d’information. Les groupes civiques ont identifié les opérations d’information en cours autour des élections, repéré les comportements inauthentiques coordonnés pour les plateformes et effectué un suivi des médias pour identifier les principaux récits d’information. Les OSC sont souvent particulièrement bien placées pour soutenir l’adoption et l’utilisation des résultats d’approches de recherche sophistiquées, garantissant que les résultats soient rapidement exploitables pour les décideurs ou les cibles des campagnes de désinformation. En outre, comme les femmes et autres groupes marginalisés sont souvent les premières cibles des campagnes émergentes, les groupes civiques qui représentent ces intérêts sont souvent les mieux placés pour identifier l’émergence de ces tactiques et promouvoir des réponses efficaces. 

Défense des droits auprès des plateformes 

Dans leur rôle de médiateur entre les citoyens et les gouvernements, les OSC ont une fonction naturelle de défense des droits. Plus précisément, les OSC sont bien placées pour identifier la façon dont les campagnes de désinformation ciblent les groupes marginalisés et leur nuisent, ce qui pourrait ne pas être évident pour les plateformes elles-mêmes, et pour promouvoir des changements de politique des plateformes qui répondent à ces problèmes spécifiques. Cependant, les groupes civiques sont confrontés à plusieurs difficultés concernant la défense des intérêts des médias et des plateformes numériques, notamment les fortes incitations financières des plateformes, un accès limité aux décideurs et des lacunes en matière de connaissances au sein des groupes civiques. Les approches de défense des droits basées sur les réseaux et les coalitions, en particulier au niveau international, peuvent aider à surmonter ces défis en augmentant l’effet de levier grâce à l’action collective, notamment en amplifiant la voix des groupes marginalisés et en liant leurs priorités à des objectifs politiques plus larges 

Défense des droits auprès des gouvernements

La société civile joue deux rôles essentiels vis-à-vis des réponses gouvernementales à la désinformation : (1) promouvoir des politiques pro-démocratiques qui protègent et font progresser l’intégrité de l’information, y compris l’égalité de valeur et l’égalité des droits d’association pour les groupes marginalisés dont les auteurs de la désinformation cherchent souvent à saper la participation, et (2) s’assurer que les réponses à la désinformation, les opérations d’information, et d’autres désordres de l’information ne répriment pas la liberté d’expression, l’accès à l’information ou la politique participative d’une manière qui pourrait nuire aux processus et principes démocratiques, encore une fois en mettant l’accent sur la façon dont les restrictions d’association et d’expression affectent souvent de manière disproportionnée les groupes marginalisés. Là encore, la perception des OSC comme relativement objectives peut accroître leur crédibilité auprès des décideurs, et l’action collective entre organisations peut rendre les campagnes de défense des droits plus efficaces. 

Campagnes de sensibilisation du public/d’éducation aux médias

Le lien des OSC avec les communautés locales et leur position en tant que source d’information relativement fiable les rendent idéalement placées pour concevoir et mettre en œuvre des programmes de sensibilisation du public et d’éducation aux médias. Ces interventions sont mises en œuvre en partant du principe que si le public peut utiliser les compétences nécessaires à l’exercice de l’esprit critique tout en consommant du contenu médiatique en ligne et traditionnel, cela augmentera sa capacité à faire la différence entre le contenu factuel et trompeur ou faux. Si Internet et les plateformes de réseaux sociaux ont amélioré l’accès aux médias et à l’information, ainsi que la pluralité des sources d’information, ils ont néanmoins contribué à une baisse de la qualité des nouvelles et de l’information. L’amélioration de la connaissance des médias et du numérique parmi les publics pourrait jouer un rôle important en contribuant à réduire les susceptibilités à la désinformation excessive. Les campagnes de sensibilisation du public menées par des groupes civiques peuvent également aider à créer des perceptions d’intérêts partagés, en particulier lorsqu’elles mettent en évidence comment les campagnes de désinformation affectent les droits démocratiques ou la participation des femmes et d’autres groupes marginalisés qui pourraient autrement ne pas être visibles.

Highlight


Créer des réseaux de confiance pour obtenir des informations exactes 

Les OSC ont joué un rôle essentiel en servant de source d’information fiable, en particulier dans des environnements dans lesquels les médias d’État ou le gouvernement sont les principaux auteurs de la désinformation, et dans lesquels la propagation active de la désinformation s’accompagne de censure. Alors que le « bouche à oreille » et d’autres activités créatives de diffusion d’informations ont toujours été présents dans les sociétés fermées, ces canaux ont pris une plus grande formalité et une plus grande ampleur à mesure que les technologies numériques, et en particulier les applications de discussion de groupe cryptées, sont devenues largement accessibles.

Collaboration internationale

La coopération internationale est un facteur essentiel du succès de la société civile. Outre la question de l’effet de levier vis-à-vis des entreprises évoqué dans ce chapitre, la coopération internationale permet à la société civile de partager les meilleures pratiques dans les domaines en évolution rapide de la criminalistique numérique et de la contre-messagerie, et de partager des informations sur les menaces transnationales émergentes et la prolifération de boîtes à outils de désinformation utilisées par les acteurs malveillants, à la fois étrangers et nationaux.

Recommandations programmatiques

Les organisations civiques jouent un rôle clé dans l’identification et la réponse aux désordres de l’information, en particulier lorsqu’elles peuvent établir leur réputation d’acteurs relativement indépendants et objectifs. Cependant, ces avantages s’accompagnent de contreparties, surtout si leurs circonscriptions ont tendance à être relativement urbaines, très instruites, plus riches ou plus connectées à Internet en moyenne. Les conceptions des programmes doivent prendre soin de cibler les interventions pour encourager leur adoption parmi les groupes mal desservis. 

Les approches de réseau et de coalition pour lutter contre la désinformation, y compris la collaboration internationale, peuvent identifier les avantages comparatifs, augmenter l’échelle et améliorer la diversité des approches programmatiques. 

Parallèlement, les programmes axés sur la société civile devraient mettre particulièrement l’accent sur l’inclusion, et plus spécifiquement, l’intersectionnalité de multiples identités marginalisées, en particulier dans les approches de coalition et de réseau. Le soutien aux groupes civiques devrait intégrer une analyse distincte pour identifier les défis particuliers auxquels sont confrontés les individus faisant face à de multiples formes de marginalisation dans un contexte historique spécifique, car les auteurs de campagnes de désinformation peuvent compter sur l’apathie ou la complicité des groupes identitaires non marginalisés. L’action collective est plus probable lorsque les groupes et individus qui ne sont pas politiquement ou socialement marginalisés comprennent qu’ils ont intérêt à défendre les droits des groupes minoritaires et marginalisés.

Les organisations civiques peuvent envisager de s’associer avec des institutions politiques ou sociales pour adapter les réponses programmatiques à la désinformation, en particulier si l’organisation elle-même a un public réduit ou restreint. Un exemple pourrait inclure le partenariat avec les systèmes scolaires pour mettre en œuvre des programmes d’éducation aux médias.

Les programmes travaillant sur la défense des droits, en particulier autour de la réglementation d’Internet ou des plateformes, devraient tenir compte du contexte culturel spécifique des débats entourant les compromis entre la liberté d’expression et la sécurité. 

Les programmes travaillant avec des organisations civiques pour mettre en œuvre des programmes de lutte contre la désinformation doivent envisager des composantes de formation dédiées à la sécurité, notamment la cybersécurité, la protection des données, les plans de réponse aux attaques d’informations et la sécurité physique contre les représailles.